Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

« Lyon sur le divan », l'expo qui psychanalyse la ville

le - - Culture et loisirs

« Lyon sur le divan », l'expo qui psychanalyse la ville
Vue de Lyon par Thomas Pesquet, photo, 2017

Dans « Lyon sur le divan, les métamorphoses d'une ville », le musée Gadagne propose un voyage poétique et scientifique dans les arcanes de l'histoire de la capitale des Gaules. Réjouissant !

Comment remplir son rôle de musée historique de ville sans barber les visiteurs ? Le musée Gadagne a trouvé une solution plutôt réjouissante qui reflète assez bien ses orientations, celle de la mettre sur le divan. Elle a donc fait appel à l'étrange ANPU (Agence nationale de psychanalyse urbaine) animée par des hurluberlus urbanistes-enchanteurs et psychanalystes urbains pour ausculter la bonne ville de Lyon. Pendant un mois, ceux-ci ont posé des transats dans deux lieux stratégiques de la ville, les gares de Perrache et Part- Dieu et interpellé les passants pour que ceux et celles-ci brossent le portrait chinois de leur cité. Le point de départ pour débobiner le fil d'Ariane constitué afin d'en extraire des thématiques phare de cette ville qui souffre à la fois de sa «mauvaise » réputation de froideur et de son ambition jamais assouvie d'être aussi importante que la capitale.

L'exposition s'ouvre sur l'enfance de la ville. Arbre généalogique en forme d'utérus à l'appui, où l'on apprend que Lyon est fille (ou fils) de Rhône le turbulent et Saône l'indolente, les maires qui ont modelé la ville étant les mères, bien connues des gastronomes, les visiteurs peuvent constater que la naissance fut difficile, les marécages n'aidant pas. Le diagnostic se poursuit avec quatre séances de psychanalyse, la croissance, les « coutures », la santé et le rajeunissement. Tout un programme pour parler du développement de la cité, mettant en parallèle les conclusions de psychanalystes et celles des scientifiques.

Le ludique se mêle au didactique

Diagnostiquée névrosée narcissique, elle est pourtant plébiscitée par ses habitants qui sont conviés à étoffer les conclusions des psys urbains, proposer des solutions régulièrement récoltées par les agents de l'ANPU pour mise à jour bimestrielle. Lors du week-end « La ville rêvée », le public est d'ailleurs invité à découvrir leurs dernières conclusions lors d'une confé­rence un peu particulière...

Ainsi le ludique se mêle au didactique dans une scénographie conçue comme un grand corps allongé suspendu au-dessus du public, avec un cerveau bleuté qui chuchote. Jouant avec les mots autant qu'avec les faits, l'ANPU brosse un portrait à la fois drôle et réjouissant, très documenté et très éclairant (c'est le cas de le dire) de cette ville plongée dans la brume qui cherche la lumière. Tissant des parallèles avec les mutations d'aujourd'hui, l'exposition nous entraîne dans celles d'hier, celles entreprises depuis le XVIIIe siècle par l'ingénieur et sculp­teur Antoine-Michel Perrache pour conquérir les marais du confluent jusqu'aux grands chantiers du XXe siècle qui ont durablement bouleversé la ville.

Ceux de Louis Pradel qui voulait raser le vieux quartier pour y construire une voie rapide, qui programma la construction du fameux crayon et du quartier de la Part-Dieu ou encore ce qui est devenue l'effroyable « verrue » du centre d'échange de Perrache et son autoroute qui permettait selon L'Auto-Journal de juin 1971 « de traverser Lyon sans un feu rouge » (sic). Ainsi arrive-t-on doucement aux grands travaux d'aujourd'hui, ceux du quartier de la Confluence, de Gerland et bientôt la requalification de l'A6/A7 en boulevard urbain avec voies dédiées aux transports en commun et à l'auto-partage. L'exposition se termine par de grands tableaux où le public est invité à laisser ses impressions et suggestions ainsi que par le magnifique court-métrage réalisé en 2010 de Luc Schuitten dans lequel il imagine la végétalisation totale du quartier de la Part-Dieu à l'horizon 2100. Splendide !

« Lyon sur le divan, les métamorphoses d'une ville », Musée d'histoire de Lyon, jusqu'au 17 juin, week-end « La ville rêvée », les 17 et 18 mars - www.gadagne.musees.lyon.fr




Fabien RIVIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide