Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

ASVEL-LDLC : un naming puissant

le - - Économie

ASVEL-LDLC : un naming puissant
Joël PHILIPPON - Tony Parker, Laurent de la Clergerie et Gaëtan Müller

Tony Parker a officialisé le 11 septembre le naming avec LDLC pour donner naissance à « LDLC Asvel ». Le montant de ce partenariat, qui n'a pas été dévoilé, laisse toutefois entrevoir une opération financièrement puissante…

Tandis que le club villeurbannais vise le haut du panier avec le championnat d'Euroleague (championnat européen formé de 16 clubs) d'ici un an, Tony Parker vient de signer un naming retentissant avec le groupe lyonnais LDLC (472,1 M€ de CA sur le dernier exercice 2017-2018, 1 000 salariés), déjà sponsor maillot depuis 6 ans.

Une opération novatrice et profonde puisque le club change sa charte graphique dont le logo, et abandonne le vert du maillot au profit du noir et du blanc. Notons aussi que l'Astroballe va se relooker pour la circonstance (sièges, affichages…) dès le premier match du championnat.

Visionnaire d'un sport qu'il pratique à l'échelon interna­tional, Tony Parker est égale­ment un homme d'affaires éclairé qui « souhaite rendre ce que le basket lui a appor­té ».

Le président de – doréna­vant – LDLC Asvel, a donc décidé de muscler financiè­rement ce naming (mon­tant non dévoilé) qui doit en tous les cas permettre au club de passer un cap pour atteindre les exigences de l'Euroleague. « C'est un signe fort que nous souhaitons adresser aux instances de cette compétition », précise Gaëtan Müller, président dé­légué de l'Asvel.

Le cap communément ad­mis et que confirment les dirigeants du club est 10 M€ de budget minimum pour prétendre à intégrer l'élite européenne. L'Asvel affichant pour l'heure 8,5 M€ (plus gros budget de l'histoire du basket français), cette opé­ration est un tremplin pour y parvenir. Incomparable pourtant avec des mas­todontes comme le CSKA Moscou (environ 40 M€) ou au Real Madrid (37 M€). Pour Laurent de la Clergerie, ce naming « est une belle aven­ture, remplie de magie ». Le dirigeant qui ne connaissait « rien au basket » il y a 6 ans avoue dorénavant une pas­sion pour la balle orange, tel­lement grande qu'il déclare ne pas « avoir fait de calcul ni établit de stratégie autour de cette opération. Il s'agit d'une nouvelle histoire que l'on écrit à deux ».

On ne peut que se féliciter de cette opération ambitieuse au service d'une perfor­mance commune. L'histoire entre l'Asvel et LDCL a débu­té il y a six ans avec le spon­soring du maillot. Ce nouvel engagement, signé jusqu'en 2028, porte des valeurs de performance, d'ambition et de réinvention : l'Asvel fête cette année ses 70 ans et LDLC s'émancipe en Europe (ouverture d'une filiale en Espagne). Villeurbannais, aujourd'hui métropolitain, et demain européen, le club entre résolument dans une nouvelle dimension.




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer