Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Laboratoire Cliché : la vie en noir et blanc !

le - - Économie

Laboratoire Cliché : la vie en noir et blanc !
Frédéric Blaise et Jérôme Godin

A l'ère de la photographie numérique, deux Lyonnais se sont fait une spécialité du tirage argentique traditionnel. Plaques de verre et autres négatifs en noir et blanc n'ont plus de secrets pour eux.

Ces deux-là ont dû tomber tout petits dans une marmite, non pas de potion magique mais de révélateur. Passionnés de photographie depuis l'enfance, ils ont connu le film à rembobiner bien avant l'imprimante à jet d'encre et la photo façon smartphone. En aucun cas passéistes inconditionnels, ils maîtrisent professionnellement les appareils d'aujourd'hui mais leur cœur et plus encore leurs exigences de qualité les ramènent inexorablement vers le tirage argentique, leur vraie passion, au point d'ouvrir aujourd'hui un laboratoire spécialisé.

Et c'est tant mieux car si quelques tireurs acceptent encore d'effectuer les travaux en noir et blanc, ils sont les seuls aujourd'hui sur la place de Lyon à être capables de tirer sur papier une vue prise sur plaque de verre. La raison à cet état de fait est purement économique, le film argentique étant quasi mort en 2005 pour ce qui est du moins du grand public. Reste que depuis 2015, on note un regain d'intérêt pour le produit et ce n'est pas un hasard, précisent en chœur Frédéric Blaise et Jérôme Godin. « Si on connait parfaitement la durée comme la qualité de conservation quasi illimitées d'un tirage argentique dans le temps et dans de bonnes conditions de stockage, il n'en n'est pas de même pour les tirages numériques qui s'estompent finalement assez rapidement ».

Autre facteur de ce succès, peut-être plus important encore : la qualité et la précision, notamment des dégradés et des micro-détails dans un tirage argentique offrent une gamme de nuances bien plus importante que dans le tirage numérique, ce qui amène des professionnels exigeants à revenir à l'argentique pour certains types de photographies. « Le grain d'argent est au photographe ce que la pépite est au chercheur d'or », aime à rappeler Frédéric Blaise.

Bilan de ce constat : la décision d'ouvrir aujourd'hui un labo concernant aussi bien des tirages contemporains que des tirages anciens en noir et blanc. Car c'est là tout particulièrement que réside le savoir-faire de ces deux professionnels de la photo, notamment pour les tirages sur papier photographique de plaques de verre. Des milliers, voire des dizaines de milliers de ces photos ont été prises jusque dans les années 50 mais peu finalement d'entre elles ont été tirées sur papier. Si une grande partie concerne des photos de familles, d'autres sont d'authentiques témoignages d'un temps révolu et constituent un patrimoine de l'humanité qu'il faut sauver avant destruction.

En fouillant dans les archives familiales, il n'est en effet pas rare de tomber sur l'une de ces boîtes cartonnées renfermant ces plaques de verre. C'est souvent le cas pour des photos de la guerre de 14-18, guerre mondiale dont on célèbre le centenaire. C'est le cas également pour des tirages papier, portraits ou scènes de famille mal conservées et plus ou moins endommagés, base de travail pour Frédéric Blaise et Jérôme Godin avant d'aboutir à une restauration et un tirage neuf dans une qualité sensiblement identique à l'original. Tout est possible, précisent-ils encore. « D'une plaque de verre en format 9x12, on peut sans problème effectuer un tirage aux dimensions voulues par le client ».

Presque une histoire de couple

« L'œil du photographe conjugué à celui du tireur, c'est là le secret. C'est une osmose complète dans le travail, presque une histoire de couple… », déclarent en riant ces deux personnages hauts en… couleurs. Pour la petite histoire enfin, ces deux-là ne sont pas néo­phytes et complices depuis leur première chambre noire. Le premier est un photographe reconnu dans le monde notamment de la joaillerie, le second un des ex-tireurs d'Helmut Newton, d'André Ostier mais aussi de Roger Corbeau. Y'a pas photo !




Fabien RIVIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer