Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Salon de l'auto : la « recette lyonnaise » plébiscitée

le - - Économie

Salon de l'auto : la « recette lyonnaise » plébiscitée
Studio DKMF - Anne-Marie Baezner

La directrice du Salon de l'auto de Lyon, Anne-Marie Baezner, nous dévoile les ingrédients de « la recette lyonnaise qui plait à la fois aux visiteurs et aux exposants ».

Les années impaires, Lyon accueille le plus grand salon automobile de France, qui alterne avec le rendez-vous parisien. Un salon repensé par GL Events après l'annulation de l'édition 2013. « A partir des échanges avec les acteurs du marché de l'automobile, constructeurs et distributeurs, nous avons élaboré une recette lyonnaise qui plait à la fois aux visiteurs et aux exposants », résume Anne-Marie Baezner, la directrice du salon.

Des visiteurs comblés par la venue de toutes les marques automobiles présentes sur le marché français, ce qui est loin d'être le cas dans les grands salons comme celui de Francfort qui se tient du 14 au 22 septembre. « C'est la deuxième édition où nous faisons le plein de marques », précise celle qui est également directrice générale des sites lyonnais du groupe GL Events. Et d'insister sur la dimension « fête de l'automobile » de l'événement lyonnais : voitures de prestige, essais, village du sport auto, expositions, village de la mobilité, place des start-up… Tous les ingrédients sont réunis pour dépasser le chiffre de 62 640 visiteurs enregistré lors de l'édition 2017 (+ 15 % par rapport à 2015).

Côté exposants - des constructeurs et des distributeurs à parts égales, originalité du salon -, le modèle lyonnais s'est inspiré de Première Vision, le salon mondial de la filière mode, et du cœur du Salon automobile de Genève, explique Anne-Marie Baezner : « Nous partons du principe que les vedettes sont les voitures et pas les stands. Pour travailler sur le retour sur investissement des exposants, nous n'avons pas besoin de stands cathédrale. Nos stands, d'une surface de 100 à 600 m2, sont tous identiques. C'est inscrit dans notre règlement et nous ne dérogeons pas ! ».

Résultat : le ticket d'entrée pour les exposants a fondu. « Pour un stand de 400 m2, il faut compter 65 000 € pour 5 jours, tout compris, clé en main. Il ne reste plus qu'à prévoir les hôtesses et les petits fours… Nous avons baissé les prix dans une proportion de 10 à 1 ! », affirme la directrice qui insiste sur la dimension « ventes » du salon lyonnais : 1 627 ont été réalisées lors de la dernière édition, en nette progression.

Cette recette lyonnaise, GL Events la duplique dans d'autres villes françaises, sur le « modèle concessionnaire » : Clermont-Ferrand, Toulouse, Valenciennes, Roanne, Amiens et en 2020, Saint-Etienne. « Nous le faisons dans des villes où GL Events est l'exploitant des sites », précise Anne-Marie Baezner qui se projette : « Pourquoi pas un salon au japon, dans le nouveau parc d'expositions d'Aichi, où au Brésil à Rio, en alternance avec celui de Sao Paulo ? ».




Fabien RIVIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer